L’histoire du Gagaku

 

[Époque des premiers jours]

Il se peut qu’on imagine que provenant d’une île, la musique japonaise s'est développée sans être influencée par des pays limitrophes. Toutefois, elle fut en fait largement influencée par d’autres pays au fur et à mesure que les échanges diplomatiques se développaient avec des pays de la péninsule de Corée ou le Continent de la Chine. Le Japon accueillit activement la musique étrangère, en même temps que le bouddhisme fut propagé au Japon.
Ce qui est le plus ancien registre écrit dans l’histoire, ce fut un groupe de la mission d’environ 80 musiciens qui furent envoyés par le roi du Silla (Corée) lors du décès de l’Empereur Ingyô (412-453), le 4ème fils de l’Empereur Nintoku (313-399).
La musique fut aussi importée par la mission japonaise dans la Chine des Sui et celle dans la Chine des Tang. On la nomma « Tôgaku », musique des Tang, qui devint le courant principal du Gagaku.
Le premier organisme authentique pour la musique au Japon fut « Utamai-no-tsukasa », installé après la promulgation du « Code de Taihô » en 701. Il semble que cet organisme fut immense en contenant environ plus de 400 musiciens.
En dehors d’un tel organisme de musique publique, le Gagaku fut joué au sein des temples économiquement aisés qui pouvaient engager les musiciens par leurs propres moyens et qui les faisaient jouer lors des différents rituels religieux. Ce fut le cas du temple Shitenno ou des grands temples de Nanto (Nara).

 

[Époque de prospérité]

À l’ère Heian, le Gagaku connut une époque de prospérité, si bien que le Gagaku à l'origine musique étrangère fut rapidement transformée en style japonais. La musique et la danse, importées de divers pays asiatiques à travers l’ère Asuka (592-710) et l’ère Nara (710-794), devinrent suffisamment assimilées au Japon jusqu’à ce qu’un bon nombre de musiciens dont le nom reste bien célèbre aujourd’hui fut apparu dans cette période et qu’il y eut beaucoup de répertoires pour le Tôgaku ou le Komagaku, composés ou arrangés par les Japonais eux-mêmes.
Pendant le règne de l’Empereur Ninmyô (833-850), la réforme et la grande organisation du Gagaku, proche du système actuel, furent exécutées. Et, c’est à ce moment-là que s’établirent deux écoles pour le Bugaku (danse) : l’école de la Gauche pour le Tôgaku, musique chinoise, l’école de la Droite pour le Komagaku, musique coréenne.
Étant donné que le Gagaku fut institutionnalisé comme musique cérémoniale à la cour impériale, de même que le nombre de performance au sein de la cour impériale augmenta, le Gagaku fit partie de la vie des aristocrates. C’est pourquoi le Gagaku connut la prospérité à cette période.
Il ne suffisait plus dans cette situation que les musiciens aillent travailler pour chaque occasion à la cour impériale partant de l’ « Utaimai-no-tsukasa ». Comme l’endroit où les musiciens pouvaient rester était toujours dans la même partie de la cour impériale, le bureau du Gagaku y fut installé et devint finalement incontournable comme un organisme officiel pour gérer l’activité du Gagaku.
Le Gagaku à cette période constitua la forme et le contenu bien ordonnés de façon japonaise, en marquant la couleur cérémoniale de la cour impériale sur le caractère religieux des temples shintoïstes et bouddhistes.

 

[Époque de déclin et de crise du Gagaku]

Le Gagaku fut familier comme la musique et la danse au sein de la cour impériale, pendant que la famille Fujiwara prenait le pouvoir. Suite à la naissance de la société de la noblesse militaire après les familles Genji et Heike, le Gagaku connut de plus en plus le déclin et ne se pratiquait que comme la musique et la danse de la cour impériale et des temples shintoïstes et bouddhistes.
Les musiciens qui se spécialisaient en Gagaku avaient une position de plus en plus stable après l’époque de Heian. Ce furent les musiciens de Kyoto qui travaillèrent à la cour impériale, ceux de Nara qui se concentrèrent autour du temple Kôfuku-ji ainsi que ceux de Tennô-ji d’Osaka qui jouaient le rôle principal. On les appela « Sanpô-gakujin », musiciens de trois directions.
Toutefois, la guerre d’Ônin (1467-77) incendia et ruina la ville de Kyoto, si bien que la plupart des musiciens de Kyoto se dispersèrent et que les cérémonies à la cour impériale ne purent être exécutées convenablement. C’est ainsi que le Gagaku ne put être joué. Ce fut la période de la plus grande crise pour le Gagaku dans son histoire.
Passant de la guerre d’Ônin vers la période Sengoku (âge des provinces en guerre), lorsque le feu de la guerre s’apaisa, le Gagaku fut protégé par Oda Nobunaga et Hideyoshi Toyotomi qui furent les personnes de pouvoir de cette époque. L’Empereur fit venir à Kyoto les musiciens du temple Shitennô-ji d’Osaka et ceux du temple Kôjuku-ji pour compléter les musiciens à la cour impériale. C’est ainsi que le Gagaku reprit forme et que « Sanpô-gakuso » fut établi en collaboration des musiciens de trois ville : Kyoto, Nara et Osaka.
Lorsque l’orchestre joue à la cour impériale, on installe derrière les musiciens un rideau « Gakuso-maku » sur lequel l’emblème de concombre est dessiné. Si on appelle ce rideau « Gakuso-maku », c’est dû à la conséquence de l’histoire de « Sanpô-gakuso ».
En évitant la rupture, la tradition du Gagaku fut ainsi conservée. Le shogunat de Tokugawa (1603-1868) protégea aussi le Gagaku. Il réunit les musiciens à partir de « Sanpô-gakuso » pour faire servir le tombeau de Tokugawa Ieyasu, le premier Shôgun de l’époque d’Edo. Comme il se situa à Momijiyama au sein du Château Edo, on les nomma « Momijiyama gakujin ».

 

[Après la Restauration de Meiji]

« Sanpô-gakuso » ayant été aboli en 1870, « Gagaku-kyoku » fut installé. En examinant les vieilles partitions, la nouvelle partition fut arrangée.
Le Gagaku ne pouvait être transmis qu’à la famille noble ou aux musiciens de Gagaku. Ce système fut réformé et les gens ordinaires, ayant l’autorisation, commencèrent à apprendre le Gagaku. Ce fut une première réforme dans l’histoire du Gagaku.

 

[De nos jours]

Le Gagaku à la cour impériale est joué par les musiciens du département du Gagaku à la maison impériale. Ce sont les fonctionnaires qui font partie de la maison impériale et jouent lors des rituels réservés à la cour impériale, des cérémonies ou des soirées officielles organisées par le gouvernement. Les musiciens à la cour impériale sont désignés comme personnes constituant le patrimoine culturel immatériel important du Japon. Ils sont aussi en registrés dans le patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

 retour à l'Accueil  en haut du page