Qu’est-ce que le Gagaku ?

 

Le Gagaku est la forme la plus ancienne de musique artistique non seulement du Japon mais aussi du monde entier, ayant une longue histoire de plus de mille ans. Le Gagaku est né au 10ème siècle sous le règne de l’ère Heian. Il est même inouï, dans notre monde, de trouver une telle tradition transmise jusqu' à nos jours en gardant la même structure qu’autrefois. Il est à la fois un patrimoine culturel musical, historiquement précieux, et est appelé également « l’orchestre le plus ancien du monde ».
Le Gagaku est une appellation générale de la musique la plus ancienne du Japon qui fut mise au point sur la base de la musique traditionnelle japonaise et sous l’influence de la musique des anciens pays d’Asie. On la jouait principalement à la cour impériale, dans la société aristocratique ainsi que dans les sanctuaires et les temples importants.
L’ « orchestre le plus ancien du monde » provient du « Kangen » qui est une forme de l’ensemble des instruments musicaux, sans accompagner la danse et qui fut à la mode parmi les aristocrates de l’époque de Heian. On joue, de nos jours, le même style de musique avec les trois types d’instruments tels que les instruments à cordes, les instruments à vent et les instruments à percussion.

 

Les catégories du Gagaku

国風歌舞 Kuniburi-no-utamai, le chant et la danse d’origine japonaise

神楽歌 Kagura-uta (人長舞 Ninjô-mai)
東遊 Azuma-asobi (駿河舞 Suruga-mai, 求子舞 Motomego-mai)
大和歌 Yamato-uta (大和舞 Yamato-mai)
久米歌 Kume-uta (久米舞 Kume-mai)
大歌 Oo-uta (五節舞 Gosechi-no-mai)
誄歌 Rui-ka

 

大陸系の楽舞 La musique et la danse d’origine étrangère

唐楽 Tôgaku (la Chine, l’Inde, le Vietnam du Sud)

管絃 Kangen (les instruments seuls)
舞楽 Bugaku (la Danse de la Gauche)
  高麗楽 Komagaku (la Corée, le Balhae)
舞楽 Bugaku (la Danse de la Droite)

 

歌物 Utaimono (chants créés à l’époque de Heian)

催馬楽 Saibara (avec les poèmes folkloriques)
朗詠 Ro-ei (avec les poèmes chinois)

 

[国風歌舞 Kuniburi-no-utamai]

国風歌舞 Kuniburi-no-utamai est issu de chants et de danses d’origine japonaise, appelé autrement «上代歌舞 Jôdai-utamai ». Originellement, il fut exécuté en liaison avec les rituels shintoïstes dans chaque région et, étant introduit à la cour impériale, se mit à être joué en rapport avec les rituels et les événements spécifiques.
Kuniburi-no-utamai est bien noble et solennel, bien que ses costumes et ses gestuels de danse soient simples. On utilise les instruments japonais tels que la harpe japonaise et le Kagurabue, le Shakubyôshi, ainsi que les instruments étrangers tels que le Hichiriki, en accompagnement de chants.

• 神楽歌 Kagura-uta (人長舞 Ninjô-mai) : Le Kagura devint un rituel habituel en 1002 sous le règne de l’Empereur Ichijô, pratiqué à la cour impériale dans une pièce « 賢所 Kashikodokoro » où est installé le miroir sacré. Le Kagura, transformé en plusieurs reprises dans une longue histoire, est hérité jusqu’à présent. Il est exécuté solennellement comme un des événements les plus importants à la cour impériale durant la nuit à mi-décembre en chaque année. Le Kagura joué à la cour impériale et aux temples étroitement liés à la cour impériale est appelé « 御神楽 Okagura », distingué avec le Kagura joué aux temples ordinaires et appelé populairement « 里神楽 Satokagura ».

• 東遊 Azuma-asobi (駿河舞 Suruga-mai, 求子舞 Motomego-mai) : ce sont des chants et des danses pratiqués lors de la cérémonie religieuse, développés au milieu de l’époque de Heian. Dans le « Dit de Genji », il est écrit : « l’Azuma-asobi, étant familier, est plus intime et intéressant que la musique qui vient du Corée ou de la Chine… ». Ainsi, l’Azuma-asobi fut des chants et des danses aimés plus particulièrement par les dames de la cour impériale. On dit aussi que l’origine de cette musique provenait du fait qu’on l'a créé à partir des chants et des danses de personnes célestes descendues sur la plage d’Udohama du pays de Suruga. Aujourd’hui, il est joué lors de l’équinoxe du printemps, de l’équinoxe d’automne et du Jour de l’Empereur Jinmu : ceci est sans public. Ceux du temple Hikawa et de la Fête d’Aoi-matsuri.

• 大和歌 Yamato-uta (大和舞 Yamato-mai) : il est dit qu’ils sont des chants et des danses populaires de la région du Yamato (actuellement le département de Nara). Ils sont joués lors de la Fête de Daijô-sai (la première cérémonie pour la récolte du riz par l’Empereur) et de la cérémonie de consolation des âmes, etc.

• 久米歌 Kume-uta (久米舞 Kume-mai) : L’origine du Kume-mai provient de chants et de danses transférés par un groupe militaire appartenant au pouvoir impérial s’appelant « Kumebu » et acceptés par la commission à la cour impériale. Il est joué lors de Toyoakari-no-setsue de la Fête de Daijô-sai.

• 大歌 Oo-uta (五節舞 Gosechi-no-mai) : Cette danse fut créée à l’époque de l’Empereur Tenmu (fin 7ème siècle). En sélectionnant les jeunes filles dans les familles des seigneurs, on présentait cette danse lors de la Fête de Niiname-sai. Interrompu au Moyen Âge, on la présente actuellement lors de la Fête de Daijô-sai, en compagnie de l’Ou-uta, reproduit à l’époque contemporaine.

• 誄歌 Rui-ka: ce sont des chants chantés lors de la cérémonie des funérailles de la famille impériale. La réalité de l’époque ancienne restant encore inconnue de nos jours, on chante actuellement les chants qui furent reproduits lors de la cérémonie des funérailles de l’Empereur Meiji (règne de 1867 à 1912). Les paroles proviennent d’un chant chanté en souvenir du pays natal à Nobono de Suzuka dans le département de Mie lors d’un décès de Yamato-takeru-no-mikoto. (« Kojiki, la chronique des faits anciens »).

 

[La musique et la danse d’origine étrangère]

Quand on dit le Gagaku, on désigne ordinairement la musique et la danse d’origine étrangère dans lesquelles on jouit de l’harmonie des instruments et de la danse accompagnée de cette musique instrumentale.
Ce furent pour la plupart des cas, des musiques importées du Continent entre le 5ème siècle et la fin du 9ème siècle. Ce qui a été importé de la Chine s’appelle « Tôgaku », tandis que celui qui a été importé de la péninsule de la Corée s’appelle « Komagaku ». « Komagaku » se présente de nos jours seulement avec les instruments, tandis que « Tôgaku » garde encore deux styles : celui avec la musique et la danse appelée « Bugaku » et l’autre seulement les instruments appelé « Kangen ».
Pour « Tôgaku », on joue le morceau soit avec le style de « Bugaku » soit avec celui avec le style de « Kangen ». La différence entre « Kangen » et « Bugaku », n’est pas seulement la présence de la danse mais la variation de la musique différente pour l’un et l’autre, et la composition des instruments et la méthode d’expression des morceaux se varient également.

Les catégories de Bugaku

• 左舞 Sa-mai (Sahô-mai) : Il est joué avec la musique de « Tôgaku ». Les costumes de « Sa-mai » sont principalement en rouge, qui exprime le soleil. Les danseurs montent sur la scène à partir de la gauche de la scène (vu du spectateur). Ils avancent par le pied gauche. Les musiciens n’utilisent pas ordinairement les instruments à cordes. Ils jouent en composition avec trois instruments à vent et trois instruments à percussion. On danse selon la mélodie jouée par l’Hichiriki et le Ryûteki.

• 右舞 U-mai (Uhô-mai) : Il est joué avec la musique de « Komagaku ». Les costumes de « U-mai » sont principalement en vert qui symbolise la terre, riche de verdure. On n’utilise pas le « Shô ». On utilise le «Komabue » au lieu du « Ryûteki », le « Sannoko » au lieu du « Kakko ». Les instruments à cordes ne sont pas utilisés. On danse selon le rythme joué par le « Sannoko » et le « Taiko ».
Les styles de danse
• 文舞 Bun-no-mai (平舞 Hira-mai) : Cette danse est jouée par 4 à 6 danseurs. C’est une danse de caractère digne avec un tempo généralement lent et une expression sereine. Il s’agit de « 春鶯囀 Shun-no-den », de « 万歳楽 Manzai-raku », et de «賀殿 Kaden », etc.

• 武舞 Bu-mai : Cette danse est jouée par 4 danseurs. C’est une danse des guerriers comme indique l’idéogramme. Sans perdre la dignité et la grâce comme la danse Hira-mai, elle exprime l’audace et la bravoure en employant de petites armes telles que le sabre ou la lance. Il s’agit de «太平楽 Taihei-raku », «陪臚 Bairo », etc.

• 走舞 Hashiri-mai : Appelé aussi comme «走物 Hashiri-mono », cette danse est jouée par une seule personne. Muni d’un casque et portant le bâton ou la lance, c’est une danse brave dans laquelle le danseur danse activement en déplaçant vivement sur la scène. Il s’agit de « 陵王 Ryô-ô », de «還城楽 Genjô-raku » et de « 納曽利 Nasori », etc.

• 童舞 Dô-bu : Cette danse est jouée par quelques enfants. Originellement, ce furent des garçons moins de 15 ans environ qui dansèrent, tandis qu’après l’époque contemporaine, ce sont des filles mineures ou des dames adultes qui dansent. Il s’agit de « 迦陵頻 Karyôbin » et de « 胡蝶 Kochô », etc.

 

[歌物 Utaimono (les chants)]

Les chants à l’époque de Heian sont composés au Japon. Les nobles qui s’habituaient à se réjouir de la musique étrangère, ont donné la musique « Tôgaku » et « Komagaku » sur les poèmes chinois ou les poèmes japonais « waka ». Ils sont appelés « Saibara » ou « Ro-ei », qui sont chantés dans l’intervalle de « Kangen », musique instrumentale.

 retour à l'Accueil  en haut du page