JAPONISMES 2018 EN FRANCE « CONCERT DU GAGAKU »

[Date & lieu de rendez-vous]
25 janvier 2019, 19h00, Maison du Japon, Cité internationale universitaire de Paris
26 janvier 2019, 20h00, Théâtre de l’Athénée, Rueil-Malmaison
[Programme]
Partie I :
Wagon (harpe japonaise) : « Niwabi » « Kosaibari no netori »
Présentation des instruments de Gagaku
Kangen (Music instrumentale) : « Hyojo no netori » « Etenraku »
Roei (récitation) : « Kashin »
Présentation de costumes de Gagaku
Partie II :
Bugaku (Dance) : « Ryo-o » « Kanshu »
[Musicien invité]
Mâitre Shogo Anzai, ancien chef du département de musique de l’agence impériale
[Musique]
Ensemble Kitanodai Gagaku
[Organisation de soutien]

   Sous le titre de « Japonismes 2018 en France : Concert de Gagaku », un concert de Gagaku a eu lieu sur les sites suivants : le 25 janvier à la Maison du Japon, Cité internationale universitaire de Paris et le 26 janvier au théâtre de l’Athénée de la ville de Rueil-Malmaison, situé dans la banlieue de Paris. Les deux concerts ont été bien accueillis.
   Les concerts de ces deux sites ont été désignés par la Fondation du Japon comme faisant partie des événements « Japonismes 2018 » prévus pour célébrer le 160ème anniversaire de l’année de l’amitié de la France et du Japon.
   Le thème de « Japonismes 2018 » était « les âmes en résonnance », qui est devenu un concept mutuel pour les deux pays et différentes manifestations pour « Japonismes 2018 » ont eu lieu dans et autour de la capitale Paris de juillet 2018 à février 2019. Ces événements ont surtout porté sur la spécificité de la culture japonaise centrée sur « le mélange et l’harmonie des différences » et « l’esthétique japonais qui perçoit dans la Nature le spirituel comme séparé du physique ».
   Ce fut un événement majeur pour présenter des cultures japonaises par l’intermédiaire d’arts japonais variés tels que les anciennes faïences de l’ère Jyomon, un concert de Gagaku par l’Agence Impériale, présentation de Nô et Kabuki, exposition des œuvres d’Itoh Jyakuchu, exposition des œuvres de Fujita Tsuguharu, et une exposition d’art moderne de haute technologie, etc.
   L’Ensemble Kitanodai Gagaku a participé à cet événement et a présenté le Kangen, le Bugaku et le Roei, tout en mettant l’accent sur les instruments de Gagaku et les costumes qui ont une histoire de mille cinq cents ans. Le souhait de l’Ensemble était de faciliter le Gagaku avec une variété de musicalité permettant au peuple français de comprendre et aussi de faire connaissance avec la musique. La présentation a été bien accueillie par le public.
   En particulier, le concert à Rueil-Malmaison faisait partie d’un programme d’échange entre la ville de Rueil-Malmaison et la ville de Tôgane de Chiba, qui sont des villes jumelles depuis longtemps. M. Naoharu Shiga, ancien maire de la ville de Togane et M. Rikuro Shikama, actuel maire de la ville de Togane ont fait de grands efforts pour que cette soirée se réalise. En France, M. Patrick Ollier, maire de Rueil-Malmaison, M. Philippe Trotin, adjoint au maire et tout le personnel de la ville nous ont accueilli et ont géré tout le concert.






(Commentaires)
   * Cela a été un honneur pour la ville de Rueil-Malmaison, d’accueillir un groupe aussi prestigieux que le vôtre. Nous nous en sommes réjouis. Nous espérons bien avoir la grande chance de vous revoir, afin d’assister de nouveau à un tel spectacle. Je vous serais particulièrement reconnaissante de bien vouloir saluer nos connaissances à Togane et leur transmettre nos amitiés.
   * Moi aussi je vous remercie de ce beau spectacle. Pour moi cela a été une découverte ! Et c’était très beaux !
   * C’était un merveilleux concert. Il y avait une explication et un livret pour le programme de la soirée et j’ai vraiment apprécié et compris le Gagaku plus que tout autre concert. Merci encore pour cette occasion. J’apprends que l’Ensemble Kitanodai Gagaku organise d’autres concerts outre-mer. Je vous souhaite beaucoup de chance et de succès.
   * Avec une peinture murale de Fujita Tsuguharu à l’arrière de la salle de la Maison du Japon, j’ai écouté la musique élégante de Ggagaku et regardé le Bugaku dans une atmosphère détendue et académique. Bien que la foule était nombreuse et que certains d'entre eux étaient même debouts, ils étaient tous fascinés par le son et la danse. Lorsque le concert a été terminé, les gens semblent réticents à quitter. Bien que la plupart des spectateurs fussent des occidentaux, une jeune femme peut-être d’Asie du Sud-est a parlé à ses amis français de la danse de son pays natal. Une autre dame qui vit à Paris depuis 30 ans, a été profondément émue par le fait qu’elle pouvait voir de si près le Gagaku ce qu’elle n’a jamais connu même au Japon. Le théâtre de l’Athénée à Rueil-Malmaison est une petite salle, mais dispose d’un bon environnement sonore et acoustique. En particulier l’éclairage était fabuleux et a magnifiquement éclairé les costumes, les mouvements et les postures des danseuses. J’ai été très émue.
< La danse Kanshu > Les deux danseuses étaient parfaitement synchronisées, et les mouvements souples de leurs doigts ont brillé.
< La danse Ryo-o > J’ai été tellement impressionnée par la beauté du masque, du costume et de la posture du danseur qui se tenait dans la lumière du spot, mais ce qui m’a le plus surpris c’était la légèreté de ses mouvements. Le danseur se déplace de gauche à droite en diagonale plusieurs fois, et pourtant les pieds du danseur se déplacent avec une telle légèreté qu’elle semblait une grue se dirigeait vers le haut du ciel. Au lieu de la bravoure du Ryo-o, j’ai été attirée par sa beauté cachée derrière le masque.
< Le Kimono féminin > En ce qui concerne le Junihitoe (douze couches du kimono de cérémonie) de la période Heian et plusieurs types de kimono modern, les belles postures et les magnifiques mouvements de pied de leurs porteurs étaient très impressionnants.
< Dégustation de thé japonais > J’ai été émue par la qualité de la préparation de ceux qui étaient chargés de servir un thé japonais fraîchement préparé, un par un dans un beau bol du thé, aux 200 invités. Je crois que les gens de Rueil-Malmaison pouvaient sentir l’esprit de l’hospitalité du Japon par le biais de l’événement qui s’est tenu dans cette petite salle.

retour à l'Accueil Interdiction de transfert sans autorisation en haut du page