Les instruments du Gagaku

Dans le terme du Gagaku, les instruments à percussion s’appellent « 打物 Uchimono, instrument à taper », les instruments à cordes « 弾物 Hikimono, instrument à tirer » et les instruments à vent « 吹物 Fukimono, instrument à souffler ».
Le « 管絃 Kangen » qui est la forme la plus ancienne de l’orchestre dans le monde, est composé au total de 16 personnes : trois personnes pour chacun de trois instruments à vent, une personne pour chacun de deux instruments à cordes et une personne pour chacun de trois instruments à percussion.
Par le positionnement des instruments, les instruments à percussion s’installent au premier rang, les instruments à cordes au rang du milieu et les instruments à cordes au dernier rang.

 

La liste des instruments

(1) Uchimono,
les instruments à percussion
(2) Hikimono,
les instruments à cordes
(3) Fukimono,
les instruments à vent
① Kakko ① Biwa ① Shô
② Taiko ② Sô ② Hichiriki
③ Shôko ③ Wagon ③ Ryûteki
④ San-no-tsutsumi   ④ Koma-bue
⑤ Da-daiko   ⑤ Kagura-bue
⑥ Dai-shoko    
⑦ Shaku-byôshi    

 

 

(1) 打物 : Uchimono, les instruments à percussion

① 羯鼓 : Kakko (tambour tonneau)
Le Kakko joue le rôle de chef d’orchestre. Dans le Gagaku, il n’y a pas de chef comme dans la musique occidentale. C’est le joueur du Kakko qui se charge de ce rôle. Dans la plupart des cas, c’est le vétéran qui connaît mieux le Gagaku qui joue du Kakko.
Il donne un signe au début ou à la fin des morceaux et contrôle le mouvement total de la musique en arrangeant le tempo, etc.
Il porte deux baguettes « Bachi » avec ses mains gauche et droite et frappe deux côtés de l’instrument comme s’il décrit un cercle. On appelle « gratter » le fait de jouer le Kakko.

 

② 太鼓 : Taiko (tambour)
Le Taiko est appelé le Tsuri-daiko ou le Gaku-daiko. Le tambour épinglé est fixé à l’intérieur d’un cadre rond en bois par les trois côtés au moyen de cordes. Prenant en deux mains deux mailloches, dont l’extrémité est grosse et ronde, enveloppés par la peau de cerf, le joueur frappe d’un seul côté.
Le fait de frapper légèrement de la main gauche s’appelle «図 Zou-n », et celui de frapper fortement par la main droite « 百 Dô ». On frappe d’abord la mailloche gauche ensuite la mailloche droite. Cette façon de frapper « 合桴 Awase-bachi, combinaison de mailloches » est une méthode fondamentale pour frapper le Taiko.

 

③ 鉦鼓 : Shôko (gong)
C’est le seul instrument fabriqué en métal dans le Gagaku. Une forme d’assiette en cuivre est fixée par les trois côtés au moyen de cordes à l’intérieur d’un cadre rond en bois. Le joueur joue de cet instrument en tenant les extrémités basses de deux mailloches. On ne dit pas « frapper » mais « traîner » pour jouer le Shôko. Il y a deux façons de traîner : traîner avec une seule mailloche ou deux mailloches en même temps. Lorsqu’on traîne avec deux mailloches, on traîne d’abord la mailloche gauche plus rapidement que l’autre.
Le Shoko orne dans l'orchestration le son du Taiko ou du Kakko par sa haute sonorité caractéristique de la matière métallique. C'est pour cette raison que le Shoko est souvent joué en accompagnement du Taiko et frappé légèrement en retard par rapport au Taiko.

 

④ 三ノ鼓 : San-no-tsutsumi (petit tambour)
On l’utilise lorsqu’on joue le Komagaku, musique coréenne. La forme ressemble à celle couchée d’un sablier. Les deux côtés d’un tube en bois sont enveloppés par des peaux encadrées. Cet instrument est noué par un cordon appelé « 調緒 Shirabeo ».
On tape deux côtés avec les baguettes portées par les deux mains pour le Kakko, tandis que pour le San-no-tsutsumi, on ne frappe qu’à droite avec une baguette.

 

⑤ 大太鼓: Da-daiko (gros tambour) ⑥ 大鉦鼓 : Dai-shôko (gros gong)
Le Da-daiko est utilisé lors du Bugaku (danse). Une paire est placée des deux côtés, gauche et droite, de la scène. Comme le Bugaku était joué originellement à l’extérieur, un tel grand Da-daiko était plus adéquat. Comme une décoration d’une forme de flamme était placée autour de ce Taiko, on l’appelait « 火焔大太鼓 Kaen-da-daiko, le gros tambour de flamme ».
Le dragon, le soleil et la couleur dorée sont dessinés sur l’instrument gauche, tandis que sur l’instrument droit, le phénix, la lune et la couleur argentée sont dessinés. Le premier symbolise le Yang et le chiffre impair, et le seconde symbolise le Yin et le chiffre pair.

 

⑦ 笏拍子 : Shaku-byôshi (claquette en bois)
C’est l'instrument le plus simple parmi les instruments du Gagaku. Il ressemble à un sceptre en bois coupé verticalement que portaient les nobles à l’époque d’Heian.
La partie gauche est placée verticalement avec le côté coupé vers le joueur, tandis que la partie droite est placée horizontalement avec le côté coupé vers la gauche. C’est en frappant ces deux parties qu’on sort le son. On l’utilise pour « Utai-mono » tels que « Saibara » ou « Kuniburi-no-utamai ».

 

(2) 弾物 : Hikimono, les instruments à cordes

① 琵琶 : Biwa (luth)
On l’appelle « Gaku-biwa » pour le distinguer d’autres différents types de « Biwa ». L’origine de cet instrument se trouve en Perse, l’Iran actuel. Il fut apporté au Japon par la route de la soie à l’époque de Nara, aux environs du 8ème siècle. L’instrument qui a été apporté en Europe est devenu le luth et aujourd’hui la guitare. Le Biwa pour le Gagaku est le plus gros parmi toutes les sortes de Biwa au Japon. La sonorité qui sort de cet instrument fabriqué en bois de marronnier ou de poirier et qui résonne grâce aux cordes en soie, est suffisamment puissante malgré l’orchestration du Gagaku où se réunissent des instruments qui produisent un grand volume sonore. Dans le morceau, il joue le rôle de déterminer la tête pour le rythme. Il a quatre cordes et quatre frettes.
On le porte horizontalement et on joue avec le plectre. Ce n’est pas pour jouer une mélodie, mais, on le joue fondamentalement par la méthode de l’arpège, de façon qu’on fait sonner simultanément plusieurs cordes, partant de la note basse vers la note haute.

 

② 箏 : Sô (harpe)
Pour distinguer des autres Sô, on l’appelle le « Gaku-Sô ». Il est venu de Chine à l’époque de Nara au 8ème siècle. Comme la harpe chinoise s’est répandue non seulement au Japon, mais aussi en Corée, en Mongolie ou en Indonésie, on peut voir le même type d’instrument dans une vaste région à l’Est de l’Asie.
Les cordes sont au nombre de treize et sont produites en soie tortillée. Pour l’accordage, on introduit les frettes entre le corps de l’instrument et chaque corde.
Quand on en joue, on met des ongles en bambou au pouce, à l’index et au majeur de la main droite. Il y a en gros deux façons de jouer selon l’ambiance des morceaux : « 早掻 Haya-gaki» qui joue légèrement et «閑掻 Shizu-gaki» qui joue lentement.
Le Biwa se charge du rôle de déterminer la tête de chaque phrase, tandis que le Sô se charge du tempo dans chaque morceau.

 

③ 和琴 : Wagon (harpe japonaise)
C’est une sorte de Sô avec six cordes utilisé pour jouer les chants et la danse (Kuniburi-no-utamai) qui existe depuis l’antiquité du Japon. La plupart de ces instruments sont fabriqués en paulownia.
Les frettes sont faites à partir de branches d'érable. On joue de cet instrument en portant à baso de main droite le plectre produit à base de bekko (écailles de tortue imbriquée) d'une longueur d’environ 7 cm et également par les doigts de la main gauche.

 

(3) 吹物 : Fukimono, les Instruments à vent

① 笙 : Shô (petit orgue à bouche)
La forme du Shô est bien caractéristique, en étant constituée d’un assemblage de dix-sept tuyaux de bambou placés verticalement en cercle sur une sorte de bol noir appelé « 頭Kashira, la tête ». On dit que cette forme a été imitée à l’image d’un fenghuang, oiseau légendaire qui reposait ses ailes. C’est pourquoi on appelle également cet instrument «鳳笙 Hô-shô ».
Parmi les dix-sept tuyaux de bambou, les anches sont attachées sur quinze tuyaux. En appuyant sur les petits orifices au-dessous de ces tuyaux, des sons sont produits tant par l’expiration que par l’inspiration. C’est pourquoi le son n’est jamais interrompu pendant la représentation. En appuyant les six petits orifices avec les doigts, on produit l’accord s’appelant «合竹 Aitake ». Le joueur chauffe l’instrument sur le fourneau avant et après la représentation afin de ne pas laisser à l’intérieur de l’instrument la vapeur produite par l’inspiration.
Le son du Shô est exprimé comme « la lumière céleste ». La caractéristique de ce son est de donner l’impression sur l’étendue comme s’il englobe l’entièreté de notre univers. Le son du Shô est essentiel pour l’intervalle musical.

 

② 篳篥 : Hichiriki (petit instrument à anche double similaire au hautbois)
C’est un instrument venu de Chine à l’époque de la Dynastie Tang. On situe son origine à l’ouest de l’Asie, correspondant à la Turquie et à l’Iran actuels.
La anche double (en anglais double reed) faite à partir d’une tige de roseau est introduite dans le morceau en bambou d’une longueur d’environ 18 cm pour donner le son. Bien qu’il n’ait qu’une seule octave, il peut être joué d’une manière spécifique et ornementale en accentuant la modulation des sons qui s’appelle « 塩梅 en-bai ». Le Hichiriki se charge de jouer la mélodie et le thème principal de la musique avec beaucoup plus de richesse de volume qu’on imagine d’après la petite taille de cet instrument.
Si l’on dit que le Shô produit un son céleste, le son du Hichiriki exprime la voix de l’homme qui vit sur la terre.

 

③ 龍笛 : Ryûteki (sorte de flûte traversière)
④ 高麗笛 : Koma-bue
⑤ 神楽笛 : Kagura-bue

Il y a trois sortes de flûte traversière dans le Gagaku : le Ryûteki, le Koma-bue et le Kagura-bue. Parmi ces trois, c’est seulement le Ryûteki qui est utilisé pour la représentation du Kangen. Il est aussi appelé « 主笛 Omo-bue ».
L’étendue de son est plus large que le Hichiriki qui se charge de la mélodie principale. C’est pourquoi il joue d’une manière ornementale.
Pour les hommes de l’époque Heian, la flûte était un instrument de base pour la connaissance de la musique. Vous pouvez lire au sujet de plusieurs bons joueurs de flûte dans « le Dit de Genji ».
Le Koma-bue est principalement utilisé pour la musique chinoise Koma-gaku, tandis que le Kagura-bue pour la musique japonaise Kuniburi-no-utamai.
On dit que si le Ryûteki s’écrit « la flûte du dragon », c’est parce que le son du Ryuteki ressemble au cri du dragon (« ryû ») qui s’envole dans l’espace.

 

Le microcosme de Ciel/Terre/Dragon
Nous venons d’expliquer les instruments à vent. Ces trois instruments à vent sont joués ordinairement par trois joueurs pour chacun de ces instruments et pour jouer la mélodie et l’harmonie de répertoire.
Le Shô symbolise la voie venue du ciel où vit le fenghuang, le Hichiriki exprime celle venue de la terre où vit l’homme, et enfin le Ryûteki celle du dragon qui se déplace librement entre le ciel et la terre. Le concert exprimé par ces trois instruments forme ainsi le microcosme.

 retour à l'Accueil interdiction du transfert sans autorisation en haut du page